Ça fait plusieurs semaines que je cherche la bonne façon d'aborder le sujet. Sérieux ou humour, enthousiasme ou coup de gueule, mystère ou franchise. Il y a tant à dire et en même temps si peu. J'ai à la fois peur de brasser du vent et peur de me dévoiler, il est si difficile de trouver le juste milieu. Pinterest et Google regorgent d'idée pour l'annoncer à papa, à tata, à papy ou même à son boss, mais rien pour l'annoncer sur un blog.

Donc voilà, depuis juin (depuis les premiers jours de ce blog même si je l'ignorait encore à ce moment), il y a un nouveau locataire dans le bocal. Crevette ou grenouille, poisson ou coquillage, je ne peux lui choisir une identité avant de le ou la connaître. Il m'est arrivé de lo (le ou la pendant tout l'article, ça risque d'être lourd, donc lo et ile, soyons fou) voir, de l'entendre et je commence même à lo sentir, mais je ne lo connais pas.

J'ai plein de choses à vous dire sur la grossesse, alors attendez-vous à en lire pendant un moment. Y aura du déprimé, du fatigué, du énervé, du malade et autres réjouissance du genre, car pour moi ce blog n'a de sens que si on peut tout y dire, même quand c'est pas glamour.

Mais aujourd'hui, je veux juste partager notre bonheur : ile arrive, ile grandit bien, ile sera aimé ! Quand je regarde mon fils Crapaud, je suis fière. Fière de ce qu'on a fait pour lui, fière de qui il est. Et pourtant, avant sa naissance, on était loin d'être qui on est aujourd'hui. Alors j'ai espoir d'être encore plus fière pour Lo, qui profitera des platres essuyés par son ainé, et d'être encore plus fière de Crapaud, version grand frère. Devenir parents, quelque soit le courant qu'on suit, c'est le plus grand bouleversement qu'on puisse vivre. Il y a un avant et un après. Et c'est probablement le bouleversement qu'on ne regrettera jamais. Alors voilà, on a pas fini de pas dormir, on a pas fini de se faire du soucis, on a pas fini d'annuler des sorties, mais surtout, on a pas fini d'aimer, et d'être aimé.

1469385319621